"Les consommateurs sont confrontés à des risques plus nombreux que jamais en raison de produits de contrefaçon", s'alarment l'office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (Euipo) et l'OCDE, dans un rapport publié mardi. La part des contrefaçons dans les importations de l'UE s'est élevée en 2020 à 6,8%, ce qui représente une enveloppe d'environ 121 milliards d'euros.

"Aucun secteur, des cosmétiques aux jouets en passant par le vin et les boissons, l'électronique, les vêtements et même les pesticides, n'est épargné par leur impact", expliquent les auteurs de l'étude, qui précisent que "les produits de contrefaçon peuvent présenter des problèmes graves pour la santé et la sécurité des consommateurs, notamment en raison de l'exposition à des substances chimiques dangereuses et à d'autres risques".

Faux masques ou traitements anti-covid

La crise sanitaire a donné de nouvelles idées aux contrefacteurs, qui se sont lancés dans la fabrication de médicaments contrefaits, tels que les antibiotiques et les antidouleurs, et, plus récemment, d'autres produits médicaux comme les équipements de protection individuelle et les masques chirurgicaux. Ils ont su tirer profit du manque de connaissances des consommateurs au sujet des traitements et vaccins qui apparaissent.

Alors que le commerce électronique connaît un prodigieux essor, un tiers des Européens (33%) se sont déjà interrogés sur l'authenticité d'un produit dont ils avaient fait l'achat.

Près de un Européen sur dix (9%) a déclaré avoir déjà été conduit abusivement à acheter des produits de contrefaçon. "Les pays connaissant une proportion plus élevée de consommateurs dupés sont la Bulgarie (19%), la Roumanie (16%) et la Hongrie (15%). En revanche, la Suède (2%) et le Danemark (3%) occupent le bas de ce tableau statistique de l'UE", peut-on lire dans un communiqué.

La France se situe dans la moyenne européenne : 9% des consommateurs français indiquent qu'ils ont déjà été conduits trompeusement à acheter des produits de contrefaçon.

Authenticité

La contrefaçon n'est pas seulement dommageable pour les consommateurs, et porte également un préjudice important à l'économie de l'UE, en particulier aux petites et moyennes entreprises (PME). Selon le tableau de bord sur les PME et la propriété intellectuelle publié par l'EUIPO, une PME sur quatre en Europe affirme avoir été victime d'atteintes à la PI, 23,2% de ces atteintes concernant les seules PME françaises.